chasse aux œufs
Pâques, organiser une chasse aux œufs dans son quartier
31/03/2017
engager un étudiant
Engager un étudiant pendant les vacances scolaires
03/04/2017

Comment je me suis retrouvée au cœur d’un scénario à la Tarantino

concierge

concierge

Tout a commencé par un coup de téléphone du président du syndic de copropriété ! J’étais à peine réveillée, l’haleine fétide, les cheveux en bataille et la voix rauque, que déjà le piège se refermait sur moi sans que je me doute un instant de la journée que j’allais passer !

Mr Dupuis m’expliqua au téléphone qu’il aurait besoin du double des clés de certains appartements de l’immeuble pour y faire quelques vérifications. Encore mal réveillée, je pensais qu’il s’agissait d’appartements non occupés ! Je lui proposais de passer les chercher quand il le souhaitait. 10 mn après, il sonnait à ma porte. Je lui donnais donc les doubles des clés sans méfiance !

Quand il revint un moment après pour m’emprunter mon téléphone prétextant avoir oublié le sien, je ne m’en étonnais pas. J’étais en train de faire du café dans la cuisine, quand je l’entendis dire à son interlocuteur qu’il n’aurait pas assez de caméras pour équiper les appartements !

∞∞∞

Comme j’ai à cœur de savoir tout ce qui se passe dans cet immeuble, je voulu en savoir plus sur cette histoire de caméras : « vous allez équiper toutes les portes d’entrée de l’immeuble de caméra ? Ça va couter une fortune et vous bafouez le respect de la vie privée… » L’idée me semblait farfelue mais avant d’avoir pris mon café, je n’ai pas vraiment re-connecté toutes mes neurones et je manque de discernement !

Il me laissa entendre que ce n’était pas les couloirs qu’il voulait équiper de caméra mais les intérieurs de certains appartements… « C’est de l’espionnage, c’est complètement illégal, lui rétorquais-je ». Il s’empressa d’ajouter qu’il allait installer le terminal dans ma loge, qu’il faudrait le dissimuler et que je serais chargée de faire une surveillance régulière… Quant au cout, il m’assura qu’il finançait le projet par ses propres moyens et que j’y trouverais mon intérêt. A ce moment-là, on sonna à la porte.

« Ah ça doit être le technicien me dit-il, je peux me permettre de le faire entrer ? » Evidemment, puisque tu lui as donné mon adresse ! Le technicien ouvrit son portable et afficha les vues des caméras qu’il venait d’installer… Il y avait sur l’écran de son ordinateur quatre vues de deux appartements différents dont un meublé. Mr Dupuis m’expliqua qu’il devrait y avoir 5 affichages et qu’il devait aller vérifier l’une des caméras avec le technicien, me laissant seule face à l’écran !

∞∞∞

C’est alors qu’une scène improbable se déroula sous mes yeux ! Je vis Nathalie rentrer chez elle après avoir emmené sa fille à l’école, sortir une arme d’une mallette pour commencer à la nettoyer ! Je n’en croyais pas mes yeux… Je l’entendis parler au téléphone et demander à son interlocuteur où et quand elle devait livrer la came ! Puis elle dit ; « ok je la planque dans la cave de la concierge en attendant, si quelqu’un se fait embarquer, ce ne sera pas moi ! »

Tout ceci me semblait complètement fou : cette histoire de caméra, cette histoire de came et dans ma cave… Et pourtant j’y croyais. Plus c’est gros, plus ça prend ! Quand monsieur Dupuis et son technicien sont redescendus, je me suis bien gardée de leur décrire la scène à laquelle, je venais d’assister !

Monsieur Dupuis laissa entendre qu’il me paierait bien si j’acceptais d’espionner certains voisins ! Je lui répondis aussitôt que je ne souhaitais pas me mêler de choses qui ne me regardaient pas et il me montra une mallette en précisant qu’elle contenait une belle somme qui m’était réservée et que ce n’était que le début si j’acceptais de collaborer. Tout se mélangeait dans ma tête : Nathalie et Mr Dupuis seraient donc des trafiquants de drogue… ?

Monsieur Dupuis ajouta espérant finir de me convaincre : « Vous n’êtes pas vraiment en mesure de refuser, vous m’avez fourni les doubles des clés, vous êtes maintenant impliquée et j’ai le bras long, vous savez, une concierge, ça se remplace ! »

∞∞∞

J’avais compris depuis longtemps que Mr Dupuis était un homme d’affaire mais à aucun moment, je n’avais pensé qu’il s’agissait de ce genre d’affaire. Il ajouta qu’il avait deux ou trois détails techniques à régler et qu’il reviendrait reparler de tout ça dans un moment. A ce moment-là, je devais être livide, surtout que je crus deviner une arme dans la veste du technicien…

Dès qu’ils eurent tourné les talons, je m’empressais de retourner voir sur l’ordinateur ce qui se passait chez Nathalie et je ne fus pas déçue du voyage. Elle était en train de préparer des sachets de ce qui me semblait être de la cocaïne. Je ne savais plus quoi faire ! Je commençais à paniquer me demandant si je devais prévenir la police, j’étais réellement inquiète…

Je décidais donc d’aller explorer ma cave et bingo : j’y trouvais un sac dissimulé derrière une pile de cartons avec un contenu plus que louche…. Je pris la sage décision de ne pas y toucher pour prendre le temps de réfléchir à tout ça. J’avais le sentiment d’être plongée dans un cauchemar ! Je tournais en rond dans ma loge, au bord de la crise de nerf quand Mr Dupuis réapparu.

∞∞∞

« Alors Sandrine, vous avez pris une sage décision ? Vous allez jouer les espionnes pour moi ? »

« Jamais ! Tout ceci est illégal et mon honnêteté n’est pas à vendre», rétorquais-je très remontée malgré ma peur… Me voyant au bord des larmes, Mr Dupuis cria : «  allez venez tous » ! C’est alors que Nathalie, le technicien et plusieurs habitants de l’immeuble entrèrent dans ma loge en criant « poisson d’Avril ».

Ils avaient monté toute cette histoire car je suis fan de films policier et de polards ! Ils voulaient se venger de tous les petits coups que je leur avais fait tout au long de l’année. C’était très réussi ! J’avais marché à fond malgré le loufoque de la situation…

La cocaïne planquée dans mon garage n’était que du sucre, les fameuses caméras n’étaient autres que des webcams d’ordinateur et le super technicien était un de nos voisins qui avait rasé sa barbe, enfilé des lunettes et une casquette pour ne pas être reconnu ! Avec la barbe, je l’aurais surement tout de suite reconnu, mais sans la barbe, je n’y ai vu que du feu…

Tout ceci s’est terminé par un apéro chez Mr Dupuis durant lequel ils ont tous beaucoup rit de mes émotions ! J’ai appris que l’idée était sortie du cerveau de Marco, l’irrésistible séducteur de l’immeuble et aussitôt approuvée par tous les protagonistes, que l’arme de Nathalie n’était que le pistolet à billes de Baptiste, notre ado du 5ème étage, qu’ils avaient mandaté Louise pour me subtiliser les clés de ma cave, un jour où je l’avais convié à prendre le thé. Non seulement, j’ai une confiance absolue en Louise donc je ne m’en suis pas méfiée, d’autre part, terrassée par tout ce qui m’arrivait, je ne m’étais même pas demandée comment ils étaient entrés dans ma cave pour y planquer leur came. Il y avait pourtant plusieurs incohérences dans cette histoire mais obnubilé par tout ce qui venait de se passer, elles ne m’ont pas sauté aux yeux sur le moment.

∞∞∞

Quasiment tous les habitants du 5ème ont participé à ce joli canular. Certains ont même joué les espions à ma fenêtre pour s’assurer que je visionnais bien les vidéos. La logistique était digne d’une caméra cachée, dommage que tout ça n’ait pas été filmé. Du coup pour bien clôturer cette journée pleine d’émotions, nous sommes tous sortis au resto et ils se sont cotisés pour m’offrir mon repas afin de se faire pardonner d’avoir mis mon petit cœur à rude épreuve… Dorénavant, je réfléchirai à deux fois avant de leur faire une blague ! Ou, elle devra au moins être à hauteur de la leur… Vive les poissons d’Avril !

Vous nous suivez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'il vous plait ? Partagez moi...